Quel codec vidéos choisir : Hevc et WebM

Même si vous n’en doutiez pas, le monde de la vidéo qu’il soit grand public ou professionnel a fini sa mutation, entreprise il y a maintenant plus de 20 ans, et est devenu entièrement numérique.

L’importance des Codecs

Les vidéos s’échangent par fichier que ce soit par Internet ou sur des supports physiques. Leur qualité et leur poids ne dépends plus comme, ça l’était à l’ère de la cassette, du support lui même mais de son Codec et de ses attributs.

Les technologies évoluent, les codecs deviennent de plus en plus puissants et de plus en plus complexes. Au fil des années, les formats changent et évoluent. Des tendances se créent, selon plusieurs critères : la performance du codec, son rapport poids/qualité, mais aussi son cout de mise en oeuvre.

High Efficiency Video Coding

L’HEVC ou High Efficiency Video Coding ou bien encore le H.265 est l’un de ceux dont on parle le plus en ce moment. Normalisé début 2013, il va connaitre un essor certain. En effet, il permet n’y plus ni moins, à qualité constante,
de réduire par deux les débits nécessaire par rapport à son prédécesseur le H.264. Là, où il était nécessaire pour encoder une vidéo HD en 1920×1080 de 6 Mbits/s par exemple, il ne nécessitera plus que 3 Mbps pour avoir une même qualité. La qualité de ce codec profite à l’ensemble des acteurs du marché : le grand public qui va pouvoir, par exemple sur une même ligne ADSL recevoir le service de TV en HD, là où il se contentait jusqu’ici d’un service SD. Il va permettre aussi de transporter des vidéos en Ultra-Hd ou 4K avec les débit nécessaires à la Haute Définition. Sa généralisation va aussi permettre une maitrise des bandes passantes générés par la vidéo sur les réseaux mondiaux.
En résumé, l’HEVC va comme le MPEG 2 en son temps, révolutionner de nouveau l’écosystème vidéo.

Le WebM de Goolge

Un autre Codec prometteur, développé par des ingénieurs de chez Google est le WebM. Dérivé du VP8 et adopté forcement par Youtube, il va devenir aussi un format à étudier de près. Supporté par de plus en plus de player, compatible avec l’environnement Html5, il convient d’appréhender ce nouveau format et de comprendre comment encoder en WebM.
Comme il est publié sous licence Creative Common, contrairement au H.264, il sera facile de monter des solutions d’encodage Open Source avec par exemple la bibliothèque ffmpeg ou Gstreamer. Les solutions sous licence et payantes ont aussi intégré ce format à leur offre.

Conclusion

Enfin avant de délivrer une vidéo, n’oubliez pas de vérifier vos normes Loudness, qui permettront à votre travail d’une part de ne pas être rejeté par les diffuseurs mais aussi de mieux s’intégrer au reste de la séquence ou du flux.

Quel codec vidéos choisir : Hevc et WebM
5 (100%) 1 vote

admin Auteur