Le géant Google signe-t-il la fin des consoles de salon ?

Le marché des jeux vidéo ne s’est jamais aussi bien porté. Et Google ne compte pas passer à côté de cette manne financière et de données. Dans la nuit du 19 au 20 mars, le groupe de Mountain View a ainsi annoncé son entrée dans le monde vidéo ludique avec la sortie d’une plateforme de jeux vidéo à la demande baptisée Stadia.

Le futur Netflix du jeu vidéo

Le principe est simple. Stadia serait aux jeux vidéo ce que Netflix est aux films et Spotify à la musique. Moyennant un abonnement mensuel, le gamer dispose d’un large catalogue de jeux auxquels il peut jouer sur n’importe quel écran, du moment qu’il bénéficie d’une connexion internet. Encore faut-il que celle-ci soit suffisante. Dans un premier temps, il serait encore impossible de jouer dans les transports ou en zone rurale.

Un catalogue de jeux à créer

Google a présenté ce nouveau service sans doute pour, avant tout, motiver les éditeurs de jeux à produire des opus pour sa plateforme. Des outils de développement spécifiques ont donc été détaillés pendant la conférence qu’a donnée Google à San Francisco lors de la Game Developers Conference. Il faudra en effet séduire les développeurs, dans la mesure où leur rémunération dépendra en grande partie du nombre d’abonnés.

Dans tous les cas, les ambitions de Google sont affichées ; la firme de Mountain View souhaite commercialiser son service dans plus de 200 pays. Serait-ce alors la fin des consoles de jeux ? En France, rappelons que certains FAI avaient tenté l’aventure du cloud gaming. Bouygues Telecom, en 2012, proposait ainsi sur sa box un service de jeux à la demande accessibles moyennant un abonnement de quelques euros. Il a définitivement fermé trois ans plus tard.

Visitez 24matins pour l’info du jour ainsi que d’autres actualités informatiques, High-Tech.

Le géant Google signe-t-il la fin des consoles de salon ?
5 (100%) 1 vote

admin Auteur